Présentation

 

 


 

 

Arnex-sur-Nyon est la plus petite commune du district de Nyon avec ses 224 habitants environ. Entourée des Communes de Borex, Crassier, Crans-près-Céligny et Eysins elle se situe à cinq kilomètres au Nord-Ouest du chef-lieu du district de Nyon et a une superficie de 204 ha. Ses habitants s’appellent Les Arnésiens et ont comme sobriquet Lé Redales.


Généralement on ne passe pas à Arnex-sur-Nyon, mais on s'y rend. En effet, nous ne sommes pas desservis directement par les routes de transit de la région. Cependant deux voies traversent et coupent notre territoire : l'une fluviale, Le Boiron, et l'autre autoroutière.

 

Sans café et sans église, on aime se retrouver à Arnex-sur-Nyon lors de la Fête des Sapins (1ère semaine de la rentrée de janvier), lors du traditionnel concert de l'Harmonie de Terre Sainte en juin, du 1er août au Hangar Graf, de la Fête des décorations début décembre. On marche en septembre lors de la traditionnelle Marche de l'Espoir organisée par Terre des Hommes depuis plus de 20 ans.

 

 

Armoiries

 

 

 

Coupé au I d'argent semé de billettes de sable, au lion naissant du même, lampassé de gueules ; au 2 fascé d'azur et d'argent de quatre pièces, les fasces d'azur chargées chacune d'une étoile d'or.


Ces armoiries, adoptées en 1926, sont une synthèse de celles des familles de Gingins et Quisard. Elles rappellent d'une part qu'Arnex-sur-Nyon dépendit en partie de l'ancienne seigneurie de Gingins ; d'autre part que les Quisard en furent les seigneurs aux XVIIe et XVIIIe siècles.

 

 

 

Historique

 


 

 

Les nobles d'Arnex-sur-Nyon, nous sommes au milieu du XIIe siècle, représentent la trace la plus ancienne que nous retrouvons dans les écrits. Ils étaient alors vassaux des sires de Prangins. En 1295, Jean de Grilly fait hommage à Amédée V de Savoie pour le feudum de Arnay. La seigneurie de Prangins venait de passer entre les mains de la maison de Savoie qui acquit probablement ainsi des droits sur Arnex-sur-Nyon. La famille de Gingins et l'Abbaye de Bonmont y avaient aussi des propriétés.


En 1309, Jacques et Jean de Gingins confessent tenir en fief de l'Abbaye tout ce qu'ils possèdent à Arnex-sur-Nyon. Une transaction déterminera les droits réciproques de Bonmont et des Gingins, en 1317, à Arnex-sur-Nyon et dans les autres localités voisines.

 

En 1432, le 6 novembre, Manfroy, marquis de Saluces, seigneur de Coppet, céda au prieuré de Ripaille le village d’Arnex-sur-Nyon et ses revenus.


Puis ce fut la conquête bernoise ainsi que l'inféodation des terres et du village à Jean-Jacques Quisard, seigneur de Crans, dont les héritiers vendirent la seigneurie d’Arnex-sur-Nyon en 1763 à Antoine Saladin qui la conserva jusqu'en 1798. Arnex-sur-Nyon comptait, en ces temps, 65 habitants, qui se partageaient 16 maisons, 5 granges et les bâtiments du moulin.


Il est intéressant de noter que nos armoiries, adoptées en 1926, sont une synthèse de celles des familles de Gingins et Quisard, deux seigneuries qui ont marqué notre passé. Au chapitre des personnalités, nous rappellerons qu’Arnex-sur-Nyon est le lieu d'origine de l'historien de la Réforme Merle d'Aubiné et de l'ancien conseiller d'Etat et conseiller national Claude Bonnard.


Notre population est un mélange harmonieux entre le monde rural, installé depuis plusieurs générations, et les nouveaux arrivants, pendulaires de nationalités et de statuts fort différenciés.

 

 

Haut de page